La voie Tijanni

Mawlaya Cheikh Ahmad At Tijanni

Tidjaniyya : Huwal Bast Fii Chahada

Louange à Allah, l’Exalté, Le Magnifique, Le Sublime, le Seigneur Omnipotent, Omniscient et Omniprésent, Le Seigneur que « toutes les créatures recherchent, mais que nul n’a conquis, l’Un sans pareil, dans la perfection de Ses Attributs ». Que le Baume exquis du salut et la lumière fulgurante de la Bénédiction soient à jamais sur l’Océan des Valeurs sûres dont la symphonie des vagues fait vibrer de bonheur les créatures, tant célestes que terrestres, le Trésor des richesses sublimes ; les richesses connues et les richesses inconnues, les richesses perdues et les richesses retrouvées, les richesses anciennes et les richesses actuelles, les richesses convoitées ici-bas et les richesses espérées dans l’au-delà, le Ciel des constellations miséricordieuses d’où sont émises continuellement les lumières sacrées de la Joie, de la Réussite et de la Chance, les lumières sacrées des Elévations et des Gradations, les lumières de l’Inspiration et de l’Expiration, les lumières sacrées des connaissances cognitives et des connaissances intuitives, la lumière des connaissances innées et des connaissances acquises, la lumière des connaissances communes et des connaissances particulières, la lumière des connaissances profanes et des connaissances sacrées… Que cette prière soit étendue sur sa famille et sur ses nobles compagnons. Que Le Seigneur, L’Exalté, par la grâce accordée à ce Baume béatifique qu’est Seydinâ Muhammad , protège le Secret sublime de son petit-fils, la baie resplendissante de son Océan sacré, la splendide fleur de son Jardin, l’étoile la plus brillante de sa Constellation, le meilleur moment de son Temps ; la tierce de ses Secondes, la seconde de ses Minutes, la minute de ses Heures, l’heure de ses journées, la journée de ses Semaines, la semaine de ses Mois, le mois de ses années, l’année de ses Décennies, la décennie de ses siècles, le siècle de ses Lumières, la lumière de ses Lumières étincelantes, brillantes, resplendissantes, éclatantes et pudiques, Seydinâ Cheikh AhmadaTidjanî (R.T.A). Qu’Allah plonge également ses Khalifes, ses « Moukhadam » et ses disciples dans les profondeurs lumineuses de l’océan de ses immenses dons ; jusqu’à ce que leur silhouette ne soit plus visible.

I. La Tidjaniya fii Chahada : du fondateur de la voie à la quintessence de ses litanies
On peut affirmer sans ambages que de tous les maîtres soufis, de tous les fondateurs de voies mystiques et spirituelles , de tous les saints, toutes générations confondues, Seyyidi Cheikh Ahmed Tidiânî, (qu’Allah sanctifie ses précieux secrets) est, dans le monde en général, et au Sénégal en particulier, le plus connu et surtout le plus aimé. Sa voie a trouvé et trouve encore le plus large écho.Son action a marqué le plus profondément et marquera le plus durablement la conscience de milliers et de milliers d’adeptes qui suivent sa voie et qui ne rêvent que de lui. Des milliers d’autres croyants, qui, bien que ne pratiquant pas sa voie, n’en demeurent pas moins touchés par ses vastes connaissances et l’éclat sanctifié de ses pratiques religieuses. Cette position privilégiée s’explique d’abord par le fait qu’il, sans se préoccuper d’écrire des livres (même s’il en a inspiré des centaines et des centaines dont « Djawâhiroul Maâni », « Les perles des sens », livre qu’il a inspiré à son disciple Sidi Ali-el-Harazimi Al-Barada et qu’il voulait même détruire), a produit un enseignement prodigieux qui a porté sur toutes les branches du savoir, tant exotérique qu’ésotérique. Cet enseignement sublime, tissé du filament de lumière sacrée dont les motifs paradisiaques reproduisent, dans ses couleurs comme dans ses formes , les flux et les reflux du Message glorieux et les sentences sublimes du Ciel des esprits, de la Terre des corps et de l’Océan des cœurs, Seyyidinâ Muhammad . Le Prophète a conquis très vite les cœurs et les esprits. Son message s’est transmis, comme une perle en or gardée dans un coffret de diamant, de génération en génération, sans jamais rien perdre de son éclat et de sa vigueur. Cette position s’explique ensuite par le fait qu’il a laissé à la postérité une voie spirituelle, mystique et sociale, qu’il a héritée du « SirrulKawni », du « MiftâhulHudâ » et dont les « Zikrs », les litanies, tels des hymnes aux mélodies Firdawsiques et aux parfums Illiyyîniques, sont aussi vivantes aujourd’hui qu’elles ne l’étaient hier. Des milliers et des milliers d’adeptes de par le monde se reconnaissent dans cette voie et pratiquent nuit et jour, sans jamais se lasser, ses litanies. Elle est l’une des voies, sinon la seule aujourd’hui dont les litanies sont encore pratiquées. Ce qui fait qu’elle rayonne dans le cœur de ses disciples toujours aussi puissamment que le soleil, lui-même, ne brille dans le ciel. Apparu sous sa forme adamique à Ain-Madhî en l’an 1150 de l’Hégire (1737-38 apr. J.C.) dans une petite ville située à 70 kilomètres de Laghouat en Algérie, Sidi Ahmed-ben-Mohammad-ben-El-Mokhtar-ben Salem-et-Tidjânî, s’est très tôt illustré dans la voie tracée par ses illustres parents (il est Chérif par son père tel que le lui a précisé le Prophète PSL), en mémorisant le Coran à l’âge de 7 ans et en témoignant une volonté sans commune mesure, digne des élus d’Allah, pour la quête du savoir tant exotérique, qu’ésotérique. Cette volonté de fer, doublée d’un désir inexplicable ,va le pousser à se déplacer de bourgade en bourgade, de région en région, de continent en continent, auprès de savants réputés et d’hommes de Dieu célèbres jusqu’à ce que Le Seigneur, Exalté soit-Il, décidât de sa rencontre connue d’avec son Maître, son Initiateur, le célèbre Prophète, Seydina Muhammad PSL, à AbiSamhun. Cette rencontre sera décisive pour notre maître, notre salut, le Miroir éclatant de toutes les illuminations, le Grenier sacré renfermant toutes les semences ; de quoi satisfaire les terres des corps, celles des esprits et celles des âmes, le Soleil éblouissant qui éclaire aussi bien le jour que la nuit. Il lui fait renoncer à toutes les voies auxquelles il s’était affilié avant de l’initier aux litanies de la Tarîqa Al Ahmadiya, Al Muhammadiya, Al Ibrahimiya, Al Hanifiya, la voie sanctifiée, le Banquet des élus, la Tarîqa Tidjaniyya. Il lui a, par ailleurs confirmé sa prééminence sur tous les autres saints depuis le monde des secrets et ce, jusqu’au jugement dernier et la prééminence de sa voie sur toutes les autres voies jusqu’à la fin des temps. Voilà en résumé, parlant de l’origine de la Tarikha Tidjan, ce que le monde des connaissances livresques et la chronique des historiens qui peuplent nos bibliothèques nous délivrent, ce que la voix des chanteurs qui occupent nos cérémonies religieuses nous content, ce que les enseignements des maîtres de la voie aussi nous enseignent : la Tarikha Tidjan proviendrait de la rencontre historique entre Seydi Ahmada Tidjani (rta) et le Prophète (saw) dans le désert d’AbiSamhône. Seulement, la réalité de l’origine de cette Voie sublime va au-delà de ce que les livres en disent, de ce que les maîtres en expliquent, de ce que les griots en racontent, et de ce que les Esprits en retiennent.

II. La Tarikha al Haqqi : De Bast al-Khâtimi à la Tidjaniyat al-Uznâ
En effet, la Tarikha al Tidjanniya ou Tarikha al Haqqi, tire sa lumière, ses réalités et ses mystères, de la Lumière, des Réalités et des Mystères divins. C’est la raison pour laquelle, pour la comprendre, et pour mieux accéder à sa Réalité, il faut tenter de l’appréhender, non plus en se situant du côté des hommes ou du côté des anges, mais en se situant du côté de Celui ,par la Grâce duquel elle a été conçue, Dieu, Lui-même, depuis Son Intimité absolue, inaccessible et incompréhensible (Al Uluhiyât al-Bast) et dont les étincelles de Lumière en constituent le « Berceau » et à la Réalité de Ceux pour l’Amour desquels elle a été conçue, le Prophète, Seydi Ahmed (saw), Première Epiphanie de la Lumière Divine, Seydi Ahmada Tidjani (rta), Trésor de secrets divins que Dieu a tiré de l’Ame du Prophète et de Khudbu al-Ahtab al Kabîr, le Buisson ardent que le Prophète (psl) a tiré de l’Ame de Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani (rta). En effet, le Seigneur dans sa suprématie, après avoir créé la lumière de Seydi Ahmad psl, de Seydi Ahmada Tidjani et du Khudb al-Ahtab al-Kabiir (PSE) dans le « Alam al-Bast », a voulu offrir aux créatures (qui n’existaient pas encore et qui ne subsisteraient pas, par ailleurs, dans ce Monde dit « AlamuAl-Bast »), le moyen d’accéder, que dis-je, de se rapprocher de Lui, afin que ces dernières réalisent ce pourquoi elles ont été créé ;d’où tout le sens de Sa Parole sublime, « FahlamuAnnahu La illahailla Allah ». Il tira alors, des éblouissements de la lumière de Son Bien-aimé, la lumière fulgurante de la Salâtul Fatiha ou la « Prière de l’Ouverture » et de la « Djawharatoul Kamal », ou la « Perle de la perfection », et ceci, des milliards et des milliards d’années avant que les autres mondes et les êtres qui doivent les occuper ne soient conçus. Ces deux lumineuses prières sur le Prophète, le Bien-aimé d’Allah qu’Il a pourvues de grâces et de dons, seront les socles mystiques et spirituels sur lesquels vont être érigés les piliers de la Tidjaniya al-Uznâ ou le Berceau des lumières de la Tarikhat al-Haqqi. Mais qu’est-ce que la Tidjaniyat al-Uznâ ?

1) De la Tidjaniyatul Uznâ

La Tidjaniyat al-Huznâ est le Siège des lumières qui manifestent les lumières, le Grenier des Secrets protégés qui manifeste les secrets, le Palais des Hérauts de la lumière de la Tidjaniya, construit hors des Rideaux infranchissables de Bast al-Khâtimi. Elle est le Siège des gens de la Proximité Absolue, les élus de la lumière Uluhiyatique, « Damîr al-Kawn » et l’Abreuvoir des Khudbu al-Ahtab. C’est donc dans ce monde, dont les contours ne sauraient être définis, dans ce « Lieu sacré », cet Espace inédit érigé hors des frontières du monde de la « Création », que le premier « Khayma », la première « Zawiya », autrement dit, la première « Khadara » de formation des lumières sera érigée. Et c’est dans ce « Lieu Sacré » que Dieu, en Maître Mystique Absolu et Premier Adepte de la Voie, initie Ses « Amis » (« Wa Minka »), Ses Missionnaires, Son cercle restreint, les Gens du « Damîr al Kawni », aux secrets et aux mystères de la Tidjaniya : C’est le Prophète, en tant que lumière primordiale, source de tout bien et de tout bienfait, Le secret de Dieu, creuset de Sa Miséricorde et Voie incontournable menant à Lui ; c’est Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani (rta), en tant que secret de Dieu, lumière issue de la lumière du Prophète, âme issue de l’âme du Prophète, secret du Prophète, son fils spirituel et son Khalif « fii Nûri al-Ahzam », c’est-à-dire son Représentant dans toutes les Instances de l’Existence, c’est aussi « Khudb al Ahtab al Kabîr », en tant que disciple de Mawlaya Cheikh Tidjani, son Fils spirituel, son héritier « Fii Nûri al Ahzam », Bien-aimé de Dieu et du Prophète et leur chef de protocole. Dès lors, la Tidjaniya peut être comprise, à un premier niveau, depuis cet espace insondable d’ « al Bast », comme le Témoignage de l’Amour et de la Miséricorde de Dieu envers ses Bien-aimés, et le Manifeste de la Reconnaissance et de la Glorification des Bien-aimés d’Allah envers leur Seigneur Miséricordieux et Tout Miséricordieux qui leur a témoigné Son Amour et sa Miséricorde et qui leur a confié Sa lumière (An Nûr al Uluhiyât), Sa Science (al Hilm al Uluhiyât), Son Pouvoir (al Wilâya al Uluhiyât), sa Sagesse (al Hikma al Uluhiyât) et Sa volonté (al Irâda al Uluhiyât). Cette réalité se trouve d’ailleurs même admirablement énoncé par le Prophète, lui-même dans toutes les instances d’effusion de la Jawharatul Kamâl, et ce passage inaugural qui ouvre leur Secret à eux conçu depuis la Tidjaniya al Uznâ (Jawharatul Kamâl) en est une parfaite illustration: « Allahumma salli wa sallim ala aynir Rahmatir Rabbaniyati wal Yâkhutati Mutahaqqiqati hâhitati bi markazil fuhumi wal mahani ». Le Prophète, (PSL) l’Essence absolue de toutes les quintessences, adresse son Salut, dans sa « Lisânul hâl », à Son Seigneur, qui reste Témoin, Bienfaiteur des Gens de Sa Demeure et Source de Miséricorde Absolue, « Aynir Rahmati », puis appelle les Grâces miséricordieuses sur sa propre lumière élevée à sa dimension de sainteté absolue qui fait de lui le dirigeant des « Rabbaniyu », sur le Diamant étincelant, incrusté dans le Diamant Sublime et qui est la source de toutes réalisations spirituelles (« Aynil Yakhûtati »), Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani (rta), sur aussi l’Or pur, « Mutahaqiqati » tiré du Diamant étincelant dont il est le Fils spirituel, Mawlaya Seydi Muhammad El Cheikh et que, sous la Couverture de cette Réalité Uluhiyatique qui les unie, leur Science et leur Pouvoir demeurent identiques « Bi Markazil Fuhumi wal Mahanî ». 

2) Mawlaya Cheikh Ahmad Tidjani, le Symbole des lumières manifestes de la Tidjaniyya.
Mawlaya Cheikh Ahmad Tidjani Ac-cherif al-Kunûz rta est, par la Grâce du Seigneur Le Très Haut et par la « Baraka » excellencielle du Prophète, Seydi Ahmad (PSL) dont il est le Fils, le symbole de cette réalité sublime dont toutes les créatures feront l’expérience. Il est donc l’incarnation de la Tidjaniyatul Uznâ dans ses Lumières manifestes, dans ses Secrets bien gardés et dans les Flux et des Influx spirituels qui continuellement émanent de Dieu et de son Prophète. Il est le Grand Maître mystique dont tout le monde dépend et dont la mission, définie depuis le Monde des lumières, est d’enseigner, par la réalité du « Zikr » les secrets lumineux de « La illa ha ilaallah » afin que les âmes réalisent lentement mais sûrement ce pour quoi elles ont été amenées à l’Existence. C’est pourquoi il est, lui-même, le Zikr, le symbole du Zikr, le souffle du Zikr, la lumière du Zikr qui donne vie, sens et essence à tout ce qui existe. Aussi les créatures célestes comme terrestres tirent leur breuvage spirituel de lui et leur existence ne peut être définie que ramenée à lui et qu’il vivifie, dans toutes les instances de l’Existence à travers l’organisation de la Voie dont la réalité émane de lui. Aussi pouvons-nous observer, avant de poursuivre, ceci: la Tarikha Tijaniyya dans sa réalité, dans ses secrets se distingue de Celui qui en est l’Essence, dans sa Réalité et dans ses secrets. En effet, la Réalité de Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani rta, dans l’entendement de la « Haqiqa », se développe et se réalise sous trois dimensions différentes : il y a sa dimension intrinsèque, c’est-à-dire Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani rta en tant que « Uluhiyâtul Talsam », en tant que « Uluhiyâtul Nubuwa » et en tant que « Uluhiyâtul Djalal ». Imbu de sa « Martaba » propre qui fait de lui le « Khatmiyatul Maktûm » du Prophète psl ; il y a son Secret qu’il détient du Prophète, son Maître, et avec lequel il se manifeste comme le « Khudbul Wujûdi », le Maître de l’Existence, le souffle spirituel qui gère et génère toutes les lumières de l’Existence, le « Nubuwatul Ahzar » .Enfin il y a la Tarikhatul Haqqi dont les lumières et les secrets proviennent des ruissellements (les « Fuyûdât » de son Secret bien gardé afin que les créatures puissent tirer profit de sa grande « Baraka ». Cette réalité exceptionnelle explique le fait que quelqu’un peut devenir Khalif dans la Tarikha et ne pas être Khalif de Seydi Ahmada Tidjaniach-Cherif rta. Quelqu’un peut être aussi Khalif de Seydi Ahmada Tidjani sans être son Khalif dans la Tarikha. Quelqu’un peut bien être aussi son Khalif et être le Khalif dans la Tarikha. Seulement si le Khalif de la Tarikha est différent du Khalif de Seydi Ahmada Tidjani, alors c’est le Khalif de Seydi Ahmada Tidiani qui contrôle et oriente le Khalif élu de la voie sous la lumière de Mawlaya Cheikh Tidjani. Ceci explique aussi le fait que personne ne peut se baigner dans l’Océan sublime des réalités divines sans passer par lui car il est lui-même cet Océan dont chacune de ses vagues est un point d’accès menant à la Réalité divine. Il reste inaccessible, caché à toutes les créatures par sa « Martaba » Unique, dans son Existence en tant que « Ulûhiyyât ».Il représente la Réalité divine et celle du Prophète dans toutes les instances de l’Existence par le mystère de son Secret Unique au point que, lorsqu’on semble appréhender la Lumière Divine manifestée dans ses différentes « Tadjaliyât » hors des Rideaux d’AL-Bast, c’est en réalité sa propre lumière que l’on appréhende.Et que lorsque le Prophète se manifeste dans le « Basâtul Djalal », sa lumière ne peut être distinguée de celle de sa propre lumière car c’est en réalité la même lumière. Et ces lumières sont identiques sur tous les plans. De même que c’est lui qui organise les lumières du monde de « Fahlamu annahu La illaha illa Allah » par le mystère et les secrets de la Tarikha Tidjan qui initient les âmes aux secrets de l’Unicité Divine. 
3) Le processus de dévoilement de son Secret bien gardé hors des Rideaux d’Al Bast.
Mawlaya Cheikh Ahmad ibn Muhammad At-Tidjani Cherif, couronné de son Secret unique en son genre, « le Nubuwatul Ahzar » depuis Al Bast, s’est déployé dans la lumière pour dévoiler son pouvoir hors des rideaux d’Al Bast. Il dévoila ce Secret dans les lumières qui fixèrent les contours d’un monde sublime, le « Alamul Khays » dont ses « Khudbus » convoiteront les mystères et les merveilles par le « Zikr » fait hors du monde « Chahada ». Le « Alamul Khays » sera donc la première Merveille spirituelle tirée du Secret bien gardé de Mawlana Cheikh Tidjani. Ensuite il le déploie au « Basâtul Jalâl, siège officiel de la Manifestation divine (ArRahmân ala l-archi istawa »).Et toutes les lumières manifestées dans ce Lieu, qui marque par ailleurs le début de la création et qui se présente sous la forme d’un « Building » qui tourne cinquante mille fois par seconde changeant autant de fois que le « Building » tourne, se trouvent manifestées par sa propre lumière au point que la lumière supposée de Dieu, siégeant dans ce lieu, se confond à sa propre lumière à travers laquelle Dieu se manifeste à toutes les créatures. Après « Basâtul Jalâl », le Secret se manifeste dans le « Alamul Chahada » par son apparition, sous sa forme Adamique, en Algérie en 1150 de l’Hégire. Ce dévoilement dans l’Espace du monde Chahada va marquer le début de la manifestation, sous sa forme humaine, de la « Haqiqatul Ahmadiya » jusque là confinée dans le monde « Bâtin ». Désormais cette réalité sublime de la « Haqiqatul Ahmadiya » et le Secret dont il est dépositaire portera un Nom, Abul Abass, Mawlaya Cheikh Ahmad Ibn Muhammad At-Tidjani Cherif. Il aura une famille, des descendances, s’installera à Fès, fondera une confrérie et aura des disciples à travers le monde. Il portera ensuite ce Secret à Médine auprès de Seydi Ahmad, le Prophète, son Maître spirituel, source de ses lumières avant de le manifester à Fès sous la forme du « Zikr » qu’il va initier avec ses disciples et qui va révolutionner le monde du « Zikr » et des pratiques spirituelles. Fès sera alors le centre spirituel du monde musulman, où afflueront des hommes venant de partout, à la quête des sciences supérieures dont les réalités sont dévoilées sous l’horizon de Fès. Après Fès, c’est au Sénégal, où il déplacera sa base mystique, qu’il fera vivifier les lumières de ce Secret sublime à travers ses Lieutenants les plus proches, les « Khudbul Ahtabs », dépositaires de ses Flux et de ses Influx. Aussi chacun des « Ahtabs », selon les besoins de sa mission et les réalités de son époques, a fait triompher cette vérité aussi bien sur le plan mystique que sur le plan religieux et intellectuel. Cheikhou Oumar Al-Fouti rta, l’a illustré à travers son action de propagation de l’Islam et de la Tarikha en Afrique noire, au point qu’on le surnomma même « le prophète » noir, mais il l’a aussi manifesté à travers ses dimensions mystiques de saint accompli avec lesquelles il s’est distingué partout où il est passé, au Sénégal comme partout ailleurs. Cheikh Seydil Hadji Malick Sy rta l’a démontré à travers son action grandiose de vulgarisation de la Tarikha et de vivification des préceptes de l’Islam à travers tout le Sénégal mais aussi à travers ses multiples dimensions mystiques avec lesquelles, il a conquis son univers tant sur le plan des savoirs exotériques que des savoirs ésotériques. Serigne Babacar Sy, fils de Seydil Hadji Malick Sy rta l’a aussi illustré à travers son action dans sa mission d’un éclat exceptionnel en tant que Khalif de son père, Khalif de Mawlaya Cheikh Ahmad Tidjani rta, Khalif du Prophète saw, mais aussi, comme pour les autres, il l’a manifesté à travers ses dimensions mystiques exceptionnelles qui est d’essence « Kun fayûn » qui faisaient de lui, un « Ahtab » que tout le monde craignait mais dont tout le monde convoitait les faveurs, les « Baraka » attachées à ses prières, tant ses dimensions étaient exceptionnelles et son amour pour Mawlaya Cheikhou Tidjani était sans pareil. Il a aussi gratifié, de ce Secret, certains « Khudbu Zamân », certains « Khawsu », tel le « Khawsu Samadani », Cheikhal Islam, Cheikh Ibrahima Niass, « Kaolakhiyu », certains « Mafâtihul Kunûz », tel Cheikh Abass Sall, pour n’en citer que ceux-là. Mais le parcours du Secret sublime ne s’arrête pas là. Mawlaya Cheikh Tidjani Cherif le dévoilera dans tout son lustre, au vu et au su de tous, jusqu’à ce que ses lumières imprégnassent tous les espaces et atteignissent tous les esprits qui peuplent les univers. Il le fera parler à travers son Khalif « fii Nûril Ahzam », qui est son héritier dans ses lumières. Il s’est manifesté à lui par la révélation exclusive de son secret, « la Khudbaniyatul Kanzam », jamais détenue par un autre saint avant lui, et avec lequel il va le distinguer de tous ceux qui l’ont précédé dans cet héritage. Dès lors, ce dernier Missionnaire des temps modernes, le « Khudbul Ahtabul Kabîr », Mawlaya Seydi Mouhammad el Cheikh se manifeste au monde chahada, après avoir vécu dans le monde des lumières et dans le monde « Bâtin », comme le dernier « Khudbu » de Mawlaya Cheikhu Tidjani couronné de la « Khudbaniyatul Kanzam » il a la mission de rassembler toutes les lumières avant la fin des temps pour que les créatures vivent la vraie passion de la religion à travers les lumières de la Tarikha dont la mission première est de dévoiler le secret de la vraie Foi en Dieu et en son Prophète à travers, l’Amour de Cheikhou Tidjani Cherif rta.

III. L’Organisation de Lumière de la Tarikha, d’Al Bast au monde Chahada
La Tarikha est, comme nous l’avons définie plus haut, le creuset des lumières émises depuis la Tidjaniyya al Huznâ et qui constituent le symbole même de la Miséricorde divine sur les créatures. Le Seigneur des Univers et Détenteur de la Miséricorde a donc déployé sur Ses Bien-aimés, depuis Al Bast, les Réalités de Sa Grâce absolue sous la forme d’une Voie dont les lumières, constituées par la lumière de la Salâtul Fatiha et de celle de la Diawharatul Kamâl, constitueront le « Berceau des « Martaba » qui présideront à la création de tous les êtres : les prophètes, les saints, les autres croyants, les mondes, sensibles et intelligibles, les Djinns, les anges et les autres catégories d’êtres. Dieu l’a couvert de Sa « Baraka » incommensurable et unique et l’a confié à Seydi Ahmad, lumière issue de Sa Lumière, Seydi Ahmad, le Socle de sa Miséricorde et Trésor de sa lumière, le couvre de sa « Baraka » et le confie à Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjanir rta, l’Etoile de ses yeux, le Trésor de son cœur. Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani (rta) le couvre de sa « Baraka » et de ses lumières et le confie à ses Khalifs qui, à leur tour, le transmettent à leurs Moukhadams choisis qui, à leur tour aussi le transmettent aux Disciples et qui, par le « Zikr », le vivifient afin que le monde s’en abreuve et se couvre en lumière et que l’Hymne de l’Unicité de Dieu soit réalisé dans toutes les instances de l’Existence dans un même élan de glorification. – L’organisation du « Zikr » Les « Zikrs » de la Tarikhat al Haqq, dont le socle spirituel constitué par les deux Prières Bastiques, la Salâtul Fatihi, Prière de l’Ouverture et la Diawharatul Kamâl, la Perle de la Perfection, s’organisent autour de trois systèmes de « Zikr » que sont « la Wazifa », qui est la « Khadara de Mawlaya Cheikh AhmadaTidjani (RTA), la « Khadaratul Jumah », qui est la « Khadara de Seydi Ahmed, le Prophète (PSL) et le « Zikru Lazim ». Les deux premiers systèmes sont réalisés en groupe, dans la communion des cœurs et exceptionnellement en individuel en cas d’empêchement, et le dernier, c’est-à-dire le « Zikru Lazim », qui est le symbole même de la Voie dans le « Alamul Kayb », est réalisé exclusivement en individuel matin et soir. Ces trois systèmes de « Zikr » encadrent l’organisation spirituelle de la Tarikhatul Haqqi.  La « Wazifa » ou la « Khadara » de Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani rta Le « Zikru » « Wazifa » fait tous les jours, le matin ou le soir ou encore matin et soir (dans la plupart des « Khadara » Tidjan au Sénégal), est un moment unique de recueillement, de célébration et de glorification qui plonge les disciples complètement immergés , dans le « Zikr », dans quatre « Océans » de lumière béatifiques dans lesquels leurs âmes sont initiées dans les secrets de la lumière. Le premier est « l’Océan » du repentir « Astahfirulah Al azîm elzi Lâ illa huwa al Khayyu al Khayyûm » qui, pour trente réalisations, efface les péchés. Le deuxième est « l’Océan » de l’Ouverture (la « Salâtul Fatiha ») qui, pour 50, dissipe les ténèbres et charge les cœurs de la lumière excellencielle du Prophète psl. Le troisième est « l’Océan » du témoignage de l’Unicité (« Lâ illaha ila Allah ») qui charge les cœurs de la lumière de la proximité . Et le quatrième, « l’Océan » des lumières parfaites de la « Diawharatul Kamâl » qui, en sa 7ème réalisation, parachève le voyage du disciple et le met en communion avec les Gens de la Demeure, le Prophète, Mawlaya Cheikhu Tidjani et leur cercle spirituel constitué des compagnons du Prophète, ceux de Mawlaya Cheikh, les anges et les « Nawamis ».  Le « Zikr » de la « Khadaratul Jumha » Le « Zikr » de la « Khadaratul Jumha », ou la Khadara de Seydi Ahmed, le Prophète plonge l’âme des disciples Tidjan qui se livrent à son « Zikr », par le répétition de la formule de l’Unicité et par le « Zikr » du Nom Allah, « Ismu Dhâti », dans trois « Océans » de lumières que sont l’Océan du « Alamul Hilmi » qui abreuve les âmes de sciences supérieures, l’Océan du « Alamul Wilayati » qui abreuve les âmes des pouvoirs mystiques et spirituels et l’Océan du « Alamul Haqiqatu Nûr », qui abreuve les âmes de lumières parfaites qui les propulsent jusqu’au summum des attentes, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’ils accèdent à leur Seigneur, Le Tout Miséricordieux.  Le « Zikru » Lazim ou le symbole de la Voie dans la « Khadaratu Khayb » Le « Zikru » Lazim, réalisé seul et non en groupe comme dans la « Wazifa » ou dans le « Khadaratul Juma », installe aussi le disciple tidjan, qui s’y adonne dans une atmosphère de lumières et de Grâces qui voit sa réalité se confondre à celle des anges qui ne cessent de vivifier, depuis le début de son « Zikr » jusqu’à la fin, les lumières tirées des deux sources de lumières, « le Bahru Nûru Dhatî » et « le Bahru Nûru Muhammad » afin que son âme soit débarrassée de toutes souillures par la lumière du « Istikhfâr » psalmodiée 100 fois aussi bien par la langue, par le cœur que par l’âme , qu’elle soit aussi imprimée des lumières de la Grande Prière sur le Prophète, la « Salatul Fatiha », 100 fois, et qu’elle soit aussi immergée dans l’Océan de l’Unicité, par la récitation, 100 fois, de la formule de l’Unicité, Lâ illa ha illa Allah . Donc ces trois systèmes de « Zikr » qui organisent la vie spirituelle des disciples tidjans , témoignent non seulement de la vivacité, du dynamisme et de la prééminence de la Tarikha sur toutes les autres voies (parce qu’elle a produit ses preuves), mais aussi de la relation intrinsèque qui existe entre le Monde « Chahada » et le monde « Khayb » .Elle célèbre, par la lumière contenues dans les « Zikrs », l’union des créatures célestes, les anges, les « Rabbaniyu », les « Nawamis » , les « Ruhâniyu » et les créatures terrestres qui vivifient les lumières de la Voie de par leur «Zikr ».

IV. Les sources prodigieuses des Flux et des Influx émanant des « Zikrs » de la Voie.
Les trois systèmes de « Zikrs » qui encadrent l’organisation de la Voie que sont la « Wazifa », le « Khadaratul Jumha » et le « Lazîm » reposent, à leur tour, sur les socles que constituent les deux Prières sur le Prophète, la « Salâtul Fatiha » et la « Diawharatul Kamâl »et sur les Noms divins contenus dans les formules de repentir, « Astahfirullah » ou « Astahfirallah al-AzîmalleziLâilla ha ila Houwal Khayul al Khayyûm », sur la formule de l’Unicité, « La illaha Illa Allah » et le « Zikr » du « Ismu Dhâti », ALLAH. Ses formules, organisées en « Zikrs » et ces « Zikrs » en systèmes, sont porteuses de lumières béatifiques, de « Baraka » divine qui baignent l’âme des disciples de la Voie dans les Flux et les Influx des deux sources de lumières bien connues que sont la Source divine constituée par La Lumière de Dieu qu’on appelle « Nûru Dhâti » où « le BahruNûruDhâti » et la Source Muhammadienne constituée de la lumière de Seydi Ahmad qu’on appelle « Nûru Muhammad » ou « le Bahru Nûru Muhammad », par ailleurs source principale des lumières de l’Existence. Cependant la lumière issue du « Bahru Nûru Mahammad » est plus présente dans l’âme du disciple tidjan du fait que Dieu a donné à Mawlana Cheikh Tidjani Cherif rta la crème de la lumière Muhammadienne qu’on appelle la « Haqiqatul Ahmadiya » qui contient tous les Biens et tous Bienfaits qui peuvent provenir de sa « Baraka », eu égard à la place privilégiée qu’il occupe dans l’Espace spirituel du Prophète (« Khatmiyatul Maktûm »). Aussi le disciple tidjan qui fait sa « Wazifa », son « Lazim » ou son « Khadaratul Jumha » ou qui s’adonne à d’autres litanies de la Voie, s’abreuve des lumières venant de la source divine mais surtout de la crème de la source de lumière du Prophète, « BahruNûru Muhammad » et qui feront de lui un Proche du Prophète, un Amoureux sincère de sa « khadara » qui est la « Khadara » de Mawlaya Cheikh Ahmada Tidjani rta et par conséquent qui est la « Khadara » de Dieu. C’est pourquoi le disciple de Mawlaya Cheikhou Tidjani rta occupe une place privilégiée dans le cercle restreint du Meilleur des Créatures, Seydi Ahmad PSL. Aussi les deux Prières lumineuses que sont la « Salâtul Fatihi » et la « Diawharatul Kamâl » occupent une place prépondérante dans l’organisation spirituelle de la Voie. Elles sont au centre de tous les « Zikrs » effectués dans la Voie. La première, la « Salâtul Fatihi », dont la réalité se confond même avec celle de la voie au point que quiconque embrasse la Voie, on dit de lui qu’il a pris la « Salâtul Fâtihi », est un « Cadeau de lumière, une Prière que Le Seigneur a faite sur le Prophète, le Bien-aimé de Dieu et qu’Il a offerte à Mawlaya Cheikh AhmadaTidjani depuis Al-Bast. Elle est le symbole du « ZikrulUlûhiyyât » de Dieu car Il a prié sur le Prophète avec cette « Salât » comme Il ne le fera plus jamais pour un autre, et elle est la manifestation sans précédent de Son immense Mansuétude envers lui et de Sa grande Miséricorde envers les créatures car elle renferme en elle le secret de la lumière à partir de laquelle tout sera existencié (« Al Fâtikhi limâ ukhlikha », le secret de la lumière qui appose le Sceau de Sa Prééminence sur tout ce qui existe (« Wal Khâtimi limâ Sabakha »), le secret de la lumière qui fait triompher Sa Vérité, « Al Haqq » par Sa Vérité, « Al Haqq », afin que Sa Vérité, soit une réalité pour toutes les créatures (« Annâsiril Haqqi bil Haqqi »), le secret de la lumière qui oriente les âmes, les corps et les esprits dans le Chemin qui mène inéluctablement à Lui (« Wal Hâdî ilâ siratikal mustakhîm »), et le secret de la lumière qui met, à jamais, Son Bien-aimé au-dessus de tous les êtres crées. Quant à la « Diawharatul Kamâl », elle est la réalité sublime de la lumière excellencielle du Prophète psl qui, lorsqu’elle est émise, mobilise ipso facto sa Présence spirituelle. Elle symbolise, dans ses lumières, dans ses mystères et dans ses secrets la lumière avec laquelle le Prophète a été conçu, et qui se nomme « Khalilu Rahma ». Le reste de cette lumière particulière, « Khalilu Rahma » avec laquelle rien d’autre n’a été crée, s’est mue en « Boule » de lumière et est entrée dans le patrimoine spirituel de Mawlaya Cheikh Ahmad Ibn Muhammad at-Tidjani Cherif rta avec lequel il vivifie en lumière, en grâce, en secret et en sagesse l’âme de ses disciples de par son « Zikr ». Voila brièvement présentée la Tarikhatul Haqqi, qui est une voie, une Vérité, une lumière, un Mystère, un Trésor de diamants, d’ors, de rubis, de hyacinthes rouges qui offrent aux âmes assoiffées de lumières et de grâces de quoi satisfaire leur soif. Elle est la lumière des cœurs et la force des âmes.

source : www.seydimouhamed el cheikh.com

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut