Mawlaya Seydi Mouhamed El Cheikh

De son vrai nom de famille Cheikh Ba, l’homme au nom mystique de Seydi Mouhamed El Cheikh est né le 10 Avril 1983 à Saint-Louis du Sénégal dans une famille « Khadriya ». Il serait le seul membre de cette famille qui n’aurait adhéré à cette confrérie au profit de la « Tijania » où  il est devenu un  Khalif primordial. Dans son enfance, Sangbi a eu à fréquenter les écoles coranique et française. Il a suivi ses études scolaires jusqu’à la troisième secondaire. En 1997, débuta son parcours mystique à proprement parler. Au cours de cette année correspondant  à ses quatorze ans (14 ans),  il rencontra sous un arbre le souverain des élus Mawlaaya Cheikh accompagné du « Akhtaab » Cheikhou Oumar, à Misra de Sor dans une zone un peu abandonnée et éloignée de la ville. Cette rencontre explique aujourd’hui toutes ses motivations dans le labeur de redorer le blason de la tariqa « Tijania ». 

Sangbi a rapporté que lors de ce croisement prodigieux, c’est passée la première fois que Mawlaaya Cheikh lui a appelé par le nom « Seydi Mouhamed El Cheikh ». Alors qu’il ne voulait pas aller à sa rencontre en raison de la peur qui l’encombrait, c’était comme si ses pieds étaient manipulés et dirigés vers lui. Ensuite le grand Cheikh lui déclara « lorsque j’appelle une personne ce n’est seulement pas à elle de me répondre mais aussi à son âme ». Sangbi dit qu’en ce moment-là, de ses propos décelant le pouvoir d’un être particulier, il reconnût déjà la grandeur de Cheikhou Tidiani. Il lui y donna  le « Wird » de la « Tidjaniya » et depuis ce jour Seydi Mouhamed El Cheikh n’a cessé de voir Mawlaaya Cheikh chaque jour qui passe. Ses disciples s’étaient accoutumé à faire sous cet arbre (voir image ci-dessous) un « tarbia » de 70 « salatoul fatiha » à son l’honneur.

La place de cette rencontre n’était pas le fruit du hasard. Elle a été bien choisie vu que cet arbre était un parmi les éléments du monde inconnu, » Khayb », qui renfermait une intéressante réalité dans l’histoire sainte (Voir Gamou 2009). Après avoir dévoilé l’itinéraire spirituel de cet arbre lors du Gamou 2009, Sangbi nous informa qu’il n’est plus nécessaire d’y retourner  pour des raisons habituelles puisque le secret a été déplacé aux cieux.

Suite à cette rencontre, Sangbi commença sa formation spirituelle que lui donnait Mawlaaya Cheikh par l’intermédiaire du grand pôle secoureur Serigne Babacar Sy. Celui-ci lui a d’ailleurs attribué le titre de Sangbi qu’il a dicté dans une révélation à un de ses fervents disciples.  Sangbi continuait à faire  souvent ses « zikr » dans la mosquée « Diaamihoun Nourou » de Tableau-Walo. Serigne Babacar lui apportait les nombres usités pour le « zikr » qu’il  a su tenir pendant une durée de sept (7) années consécutives. En 2004, Seydi Mohamed El Cheikh fonda la « Dahiratoul Imaane » sous l’ordre de Cheikhou Tidiani, le maître des érudits. Le premier siège de la « dahira » fut  à Ndiolofène de Saint-Louis alors que Sangbi résidait à Sor. Mais après quelques temps la lumière s’est déplacée à Sor. Pendant un certain temps, avec certains de ses disciples, il faisait le « wazifa » et le « khadaratoul dioumah »dans cette mosquée jusqu’à ce que l’histoire des élus de Dieu se répète sur lui et qu’il déplace le cercle du « wazifa » à Pikine. Là, le cercle du « zikr » ne renfermerait que les disciples de Sangbi, qui sont les nouveaux nés dans la philosophie spirituelle. Alors la complexion chaude due au sang de la jeunesse, nouvellement mêlé à la lumière du « zikroul oulouhiyaat », serait incontrôlable.

Le lundi 10 Avril 2006, à l’âge de 23 ans, Sangbi élabora la première édition de « Mawlidoun Nabi » qui avait eu lieu à Sor Diagne, dans une salle. Lors de cette cérémonie, Sangbi a su tenir un discours de minuit à 6h00 du matin, ce qui a été apprécié comme un test réussi par toute l’assistance de la « Khadaratoul Ilaahiya ». Ce dernier est le rassemblement des élus de Dieu qui se tient chaque nuit du vendredi au sixième ciel dans une immense salle blanche. Il est présidé par le Prophète Seydi Ahmed, la source des bienfaits, en tant que Président ; par sa suprématie légendaire Mawlaaya Cheikhou Tidiani en tant que secrétaire général ; par le plus grand pôle secoureur « Khoutboul Akhtaaboul Kabîr » en tant que représentant de Mawlaaya Cheikhou Tidiani ; par le pôle secoureur contemporain « Khoutbou Zamane » chargé de tenir le discours et par l’ensemble des saints ayant achevé une formation spirituelle reconnue complète par le grand pôle secoureur.

Seydi Mouhamed El Cheikh a commencé à présider cette séance extraordinaire permanemment à l’âge de 14 ans, bien qu’il l’ait assisté pour la première fois à l’âge de 9 ans. Et en tant que Khalif de Mawlaaya Cheikh, il détient le secret de la « Tidjaniya » et le pouvoir de la vraie formation spirituelle qui mène les disciples à la découverte des mystères d’Allah.

Le lundi 27 septembre 2009,  il inaugura la place sainte de Médina Cheikh par une « wazifa ». Cette demeure fut également le lieu de l’inauguration de la terre, lorsque le prophète Seydi Ahmed (PSL) y rendait pour la première fois avant l’arrivée de notre aïeul Adam (PSL). Il était accompagné de Mawlaaya Cheikhou Tidiani et du « Khoutboul Akhtaaboul Kabîr ». Ils occupaient une surface de 150 m2 sur laquelle ils faisaient des prières pour la survie de la terre. Pour réitérer ce moment de pure méditation spirituelle  Seydi M. El Cheikh a fait correspondre cette superficie au siège de Médina Cheikh où il s’est installé le lundi 10 Mai 2010. Depuis lors les séances de « wazifa » et de « khadaratoul dioumah » de la « Dahiratoul Imaane » se déroulent à cette demeure remplie de lumières et de mystères.

Médina Cheikh, la porte ostensible d’Al-Bast

En 2011, Seydi Mouhamed El Cheikh  épousa la sainte Sokhna Oulimata Diop à qui il avait déjà donné le Wird de la Tidjaniya. En 2012, Sokhna Oulimata est bénie d’une enfant appelée Sokhna Bineta. Son homonyme Sokhna Bineta Sène est la première femme à avoir reçu le Wird de la « Tarikha » chez Seydi M. El Cheikh, dans ce monde visible.

Le 10 Avril 2013, exactement lorsqu’il venait juste de fêter ses 30 ans, démarra officiellement sa mission de porter à la connaissance du monde la dimension spirituelle de Mawlaya Cheikhou Tijani.

Hormis les nuits de « Mawlid », celles de Mawlaaya Cheikh qui correspondent à la fermeture de la « bourde », la célébration de l’anniversaire de Seydi M. El Cheikh, Sangbi fait annuellement des conférences dans plusieurs villes du Senegal.

L’ensemble de ses réalisations  soulèvent de sa mission que nous considérons comme un cadeau pour l’humanité. Déjà, à l’âge de 33 ans, il est le guide parfait de milliers de jeunes et adultes qui n’ont, auparavant, jamais pu découvrir la lumière de la Tidjaniya et que Sangbi leur a donnée gracieusement parce qu’étant la source de cette lumière.

Daahiratoul Imaane

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut